Revue de Presse


14 condamnations à des peines de prison après l'explosion d'un oléoduc à Qingdao

Pékin - Quatorze personnes, dont des responsables de filiales du géant pétrolier national Sinopec et des responsables municipaux, ont été condamnées à des peines de prison pour leurs responsabilités dans l'explosion meurtrière il y a deux ans d'un oléoduc dans l'est de la Chine, ont rapporté lundi des médias d'Etat.

Survenue le 22 novembre 2013, la puissante déflagration avait dévasté un quartier du port de Qingdao, dynamique métropole de la province du Shandong, faisant 63 morts et plus de 150 blessés. Les dégâts provoqués ont été évalués à 752 millions de yuans (112 millions d'euros), selon l'agence Chine nouvelle.

Le souvenir de l'accident de Qingdao a été récemment ravivé par les spectaculaires explosions survenues en août dernier dans un entrepôt de produits chimiques dans le port de Tianjin (est de Pékin), qui ont fait quelque 160 morts et traumatisé le pays, tout en mettant en lumière de graves dysfonctionnements en termes de sécurité industrielle.

Plusieurs heures avant la catastrophe de 2013, une fuite avait été constatée sur l'oléoduc propriété de Sinopec, et l'explosion s'était produite alors que des ouvriers tentaient de la colmater.

Huit responsables subalternes d'une filiale de Sinopec et de services dépendant du groupe ont été reconnus coupables d'infractions aux règles de sécurité par un tribunal de Qingdao, qui leur a infligé des peines allant de trois à cinq ans d'emprisonnement, a indiqué Chine nouvelle.

Six officiels du gouvernement local, dont un responsable de l'équipe chargée de la sécurité dans la zone économique de Qingdao, ont quant à eux écopés de trois à trois ans et demi de prison pour négligence et manquements à leurs obligations.

Le géant Sinopec, dont les autorités avaient conclu à la responsabilité partagée dans l'explosion, s'était rapidement engagé à verser des dommages-intérêts conséquents.

(©AFP / 30 novembre 2015 10h58)

Source: http://www.romandie.com/news/Chine-14-condamnations-a-des-peines-de-prison-apres/653787.rom


Inauguration de la nouvelle gare maritime de Qingdao

La nouvelle gare maritime de Qingdao, dans l'est de la Chine, a été inauguré, le 29 mai 2015, avec le départ du paquebot SkySea Golden Era pour une croisière de 6 jours au large des côtes chinoises et japonaises.



UNESCO : La Déclaration de Qingdao promeut l'utilisation des TIC pour atteindre les cibles éducatives des nouveaux objectifs de développement durable

La Déclaration de Qingdao sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’éducation a été approuvée à l’issue de la conférence sur les TIC pour le programme de l’éducation 2030, qui s’est tenue à Qingdao, en Chine.

La Déclaration souligne les avantages de la technologie pour atteindre les cibles éducatives en matière d’équité, d’accès, de qualité et d’apprentissage tout au long de la vie des Objectifs de développement durable (ODD). Ces derniers seront utilisés pour coordonner le développement international au cours des 15 prochaines années.

 

La conférence a été organisée conjointement par l’UNESCO, le Ministère de l’éducation de la République populaire de Chine et la Commission nationale chinoise pour l'UNESCO, avec le soutien du Gouvernement municipal de Qingdao et du Gouvernement provincial de Shandong, ainsi que le parrainage du groupe Weidong. Le Commonwealth for Learning, l’OCDE et ONU-Femmes faisaient partie des partenaires majeurs. La conférence a réuni des participants de plus 90 pays, dont des ministres et vice-ministres de l’éducation.

 

La Déclaration de Qingdao est la première déclaration mondiale sur les TIC dans l’éducation. Le texte, approuvé de façon unanime par les participants, souligne les diverses façons dont la technologie peut appuyer le programme mondial de l’éducation des 15 prochaines années qui a été proposé au Forum mondial sur l’éducation. Elle stipule que « les avancées remarquables en technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’expansion rapide de l’accès à Internet ont fait du monde d’aujourd’hui un monde de plus en plus interconnecté, et ont permis un meilleur accès aux connaissances pour toutes les filles et tous les garçons, toutes les femmes et tous les hommes. Pour atteindre l’objectif d’une éducation équitable et inclusive de qualité ainsi qu’un apprentissage tout au long de la vie pour tous d’ici 2030, les TIC doivent être mobilisées pour renforcer les systèmes éducatifs, la diffusion des connaissances, l’accès à l’information, de même qu’un apprentissage de qualité et une prestation de services plus efficaces. »

Lire la suite...



Retour de l'expédition dans l'océan Indien du Jiaolong, le submersible habité chinois

Le Jiaolong, le submersible habité chinois est arrivé à son nouveau port d'attache à Qingdao, dans la province orientale du Shandong, après une expédition de 118 jours dans l'océan Indien.

Pendant cette dernière mission, le Jiaolong a effectué 13 plongées pour observer différentes zones hydrothermales, les caractéristiques des fluides hydrothermaux et la biodiversité en haute mer, en rassemblant une grosse quantité de données et plus de 700 échantillons.

 

Transporté par le navire Xiangyanghong 09, le submersible a découvert de nouveaux évents hydrothermaux et des fissures en eau profonde diffusant de l'eau chaude. Ces découvertes pourraient contribuer aux études sur les ressources et l'environnement des dépôts de sulfures sur le fond marin qui contiennent divers métaux.

 

Portant le nom d'un dragon mythique, le Jiaolong a atteint sa profondeur maximale de 7.062 mètres dans la fosse des Mariannes dans l'océan Pacifique en juin 2012.

 

Après cette mission, il est amarré dans un nouveau port appartenant au Centre national des eaux profondes, qui sera en charge des futures opérations.

La centre a commencé sa construction en 2013. Il occupe 26 hectares de terrain et 67 hectares en mer dans la ville de Jimo, située à proximité de Qingdao. Il a nécessité un investissement de 500 millions de yuans (812.000 dollars) pour la première étape.

Tout le personnel et toutes les installations du centre intégreront le bâtiment principal du centre en septembre ou en octobre, a déclaré Yu Hongjun, directeur du centre.

Le centre possède des zones pour l'entretien de l'équipement, la formation des personnes effectuant ces missions, la recherche et l'expérimentation scientifiques pour servir l'étude des eaux profondes et les expéditions.

Auparavant, le Jiaolong est rentré au port dans la province orientale du Jiangsu où son concepteur est basé.

Le Jiaolong partira pour une nouvelle expédition dans le nord-est de l'océan Pacifique entre juin et août.

 

La Chine a commencé en 2013 la construction de son deuxième submersible habité qui pourra atteindre une profondeur de 4.500 mètres pour effectuer des recherches dans les mers plus profondes.


Source : http://french.xinhuanet.com/science/2015-03/17/c_134075241.htm


Tsingtao: la bataille de la Première guerre mondiale qui hante les relations Chine-Japon

Publié le 06 novembre 2014 à Qingdao (Chine) (AFP)


7 novembre 1914: la garnison allemande de Tsingtao, sur la côte chinoise, capitule devant l'armée japonaise. Cent ans après, l'unique bataille de la Première guerre mondiale en Asie orientale continue de nourrir la tenace animosité entre Pékin et Tokyo.

Loin des tranchées, le siège de Tsingtao (aujourd'hui Qingdao), bataille méconnue de la Grande guerre, n'a fait que quelques centaines de morts -- peu par rapport au carnage en Europe.

Mais l'évènement témoigne de l'impuissance de la jeune République chinoise, née en 1911, devant les affrontements étrangers sur son sol.

Il aura d'importantes répercussions: l'Allemagne perdit un territoire stratégique de son empire au profit du Japon, qui conforta ainsi ses visées expansionnistes en Asie. La nouvelle donne contribuera puissamment au sursaut de la conscience nationale chinoise.

L'anniversaire du siège de Tsingtao intervient alors que le Premier ministre japonais Shinzo Abe est attendu à Pékin à l'occasion du forum annuel de l'Apec, réunissant les dirigeants de l'Asie-Pacifique.

"C'est une petite bataille, relativement oubliée, mais extrêmement emblématique de la manière dont des puissances étrangères s'arrachaient des territoires chinois sans se soucier de la Chine", a souligné l'historien britannique Jonathan Fenby, dans une récente conférence à Pékin.

Surtout, le siège de Tsingtao allait intensifier l'hostilité des relations entre Pékin et Tokyo, a-t-il indiqué.


- Villas, bière et base navale –


Lorsque la guerre éclate à l'été 1914, la Chine connait déjà une période de graves troubles après l'effondrement de la dynastie impériale Qing. Des parties du pays --ports ouverts et concessions-- sont sous le contrôle de puissances occidentales.

Ayant rejoint tardivement les aventures coloniales, l'Allemagne avait obtenu en 1897 Tsingtao, port sur la mer Jaune dans l'est de la Chine, dont elle fera l'une de ses bases navales dans l'Asie-Pacifique (à côté de la Nouvelle-Guinée et des îles Samoa et Marshall).

Villas de pierres grises et bâtiments d'architecture germanique sur des collines plantées de pin dominent toujours la vieille ville de Qingdao --connue mondialement pour sa bière de marque "Tsingtao", autre héritage légué par les Allemands.

A la même époque, le Japon est une puissance en pleine modernisation, confortée par ses victoires militaires éclatantes sur la Russie tsariste et la Chine impériale.

Appelé à soutenir le Royaume-Uni, son allié, le Japon lance rapidement ses troupes, appuyées de navires britanniques, à l'attaque de Tsingtao.

Les hostilités débutent fin août, mais le siège ne commence que le 31 octobre: huit jours plus tard, les militaires allemands hissent le drapeau blanc, et les autorités japonaises s'installent dans la ville.

Un souvenir cuisant pour la Chine: "A l'époque, les Japonais étaient prêts à nous chercher querelle, tout comme Shinzo Abe" - l'actuel Premier ministre japonais, accusé par Pékin de glorifier le "passé militariste" de son pays -, s'indigne un vieil homme dans un parc de Qingdao.

Le transfert de pouvoir sera entériné en 1919 par le Traité de Versailles, qui, en donnant aux Japonais un contrôle élargi sur la péninsule du Shandong, où se trouve Qingdao, scandalisera la Chine et jettera dans la rue une jeunesse indignée.

 

- 'Humiliation nationale' –


L'occupation japonaise (1937-1945) renforça le sentiment d'humiliation en Chine, et ce lourd passif n'a cessé d'envenimer depuis les relations avec le Japon, accusé par Pékin de ne pas assumer "son passé d'agression".

Noriyuki Nakama, homme d'affaires japonais en visite à Qingdao, pense qu'il faut remettre en contexte le siège de 1914: "Le Japon avait peur du colonialisme occidental, cela l'a poussé à vouloir accroître sa puissance et s'étendre (...) c'était sans doute difficilement évitable".

Aujourd'hui, aucune rencontre formelle entre le Premier ministre nippon et le président chinois Xi Jinping n'est attendue à Pékin: la Chine "jouera son rôle pour recevoir tous ses hôtes" à l'Apec, mais le Japon "doit se confronter aux problèmes existants" et "faire preuve de sincérité", a insisté le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.

Dans un parc de Qingdao, une inscription indique en grands caractères: "N'oubliez jamais l'humiliation nationale" -- dans la ligne des slogans patriotiques et volontiers anti-nippons du Parti communiste.

"Tous les Chinois savent parfaitement que les relations sino-japonaises sont exécrables", commente Zhu Yuhua, un expert culturel rencontré au musée de Qingdao dédié à 1914. "C'est une évidence".


Source AFP : http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/afp/tsingtao-la-bataille-de-la-premiere-guerre-mondiale-qui-hante-les-relations-chine-japon-545b91383570fe7cfbfb6c85


La Chine découvre 10 milliards de dollars de fausses transactions (dont l’affaire de Qingdao Port)

La Chine a découvert près de 10 milliards de dollars de fausses transactions commerciales à l'échelle nationale après une enquête lancée en avril dernier, a indiqué jeudi un fonctionnaire de l'organisme de régulation des changes.

Beaucoup de sociétés forgent, modifient, ou réutilisent des documents commerciaux pour créer des opérations internationales artificielles, faisant du commerce transnational un outil d'arbitrage spéculatif, a expliqué Wu Ruilin, directeur adjoint de la gestion et de l'inspection des devises de l'Administration d'État des devises étrangères, lors d'une conférence de presse jeudi.

 

Depuis avril dernier, l'administration a découvert dans l'ensemble du pays des fraudes représentant près de 10 milliards de dollars, et a remis 15 dossiers à la police.

« Les fausses transactions augmentent la pression créée par l'entrée de capitaux spéculatifs et permettent aux criminels de transférer illégalement des capitaux à l'intérieur et à l'extérieur des frontières », a déclaré M. Wu.

 

La Chine a lancé une opération de répression des fraudes en avril 2013 contre les fausses factures d'exportation utilisées pour dissimuler les flux de capitaux transfrontaliers, après que certains importateurs et exportateurs ont été reconnus coupables pour fausses transactions commerciales visant à contourner les contrôles stricts de capitaux de la Chine et de transférer de l'argent dans le pays et à l'étranger.

Certaines banques ont manqué à leur devoir de vérifier l'authenticité des documents commerciaux, ce qui a contribué à aggraver les comportements frauduleux, a souligné M. Wu.

 

Une opération de répression a été lancée dans 13 villes en 2013 et a été étendue à 24 provinces et villes, dont Qingdao, où des individus impliqués dans les fraudes ont fait l'objet d'une enquête.

Les pratiques illégales seront sévèrement punies, et les délinquants seront arrêtés par la police, a déclaré M. Wu.

 

L'entreprise Qingdao Port, qui exploite un entrepôt de stockage dans le septième port le plus achalandé du monde en volume de fret dans la province du Shandong, est actuellement au centre d'une enquête pour fraude.

Decheng Mining, une société privée de vente de métaux à Qingdao, a été mise en examen après la révélation en juin dernier qu'elle dupliquait des certificats d'entrepôt pour obtenir des prêts bancaires.

Qingdao Port International Co, l'opérateur Qingdao Port, n'a pas souhaité faire de commentaire.

 

Un membre du personnel du bureau général du Bureau du travail financier de Qingdao a déclaré jeudi que l'enquête se poursuivait, conformément à la procédure, sans donner plus de détails.

 

Le 12 septembre, Qingdao Port International Co a déclaré dans un communiqué qu'une fraude présumée de Qingdao Port concernait environ 300 000 tonnes d'alumine, 20 000 tonnes de cuivre et jusqu'à 80 000 tonnes de lingots d'aluminium, selon une dépêche de Reuters. « Par rapport au volume total des échanges, 10 milliards de dollars de fausses transactions commerciales n'est pas une grosse somme. Mais l'affaire de Qingdao a certainement incité les banques à resserrer leurs contrôles sur le financement des entreprises commerciales et sur l'émission de lettres de crédit », a déclaré Zhang Sida, analyste du marché des métaux non ferreux pour Shanghai Continent Futures.

 

La Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC), l'une des nombreuses banques touchées par le scandale avec HSBC et Standard Chartered, a reconnu en août avoir accumulé plus de 200 millions de dollars de créances douteuses dans l'affaire Qingdao Port. ICBC n'a pas souhaité faire d'autres commentaires depuis.

 

« Une plateforme de communication sur les transactions regroupant les banques, les propriétaires de navires, les sociétés de gestion de documents d'entrepôt, ainsi que les organismes de réglementation, devrait être mise en place pour renforcer les contrôles », a estimé Lu Hongjun, président de l'Institut de finance internationale de Shanghai.


Source: http://french.china.org.cn/business/txt/2014-09/27/content_33630060.htm


La Chine approuve l'établissement d'une zone pilote de services financiers à Qingdao

Une zone pilote de services financiers spécialisés dans la gestion du patrimoine à Qingdao, ville côtière dans la province du Shandong (est), a été approuvée par onze ministères et commissions, dont la Commission nationale du Développement et de la Réforme, a annoncé jeudi le gouvernement municipal.

 

Cette mesure vise à répondre à la demande croissante de services de gestion du patrimoine et à encourager l'innovation dans le système financier, a-t-on appris d'un communiqué du gouvernement municipal de Qingdao.

Selon le communiqué, la zone encouragera l'établissement de diverses organisations de gestion du patrimoine et la participation du capital privé pour construire un marché professionnel de gestion du patrimoine dans la ville.

 

La zone encouragera également l'innovation dans le secteur et dans la supervision, précise le communiqué.

Le gouvernement renforcera le contrôle des risques dans la protection des droits et des intérêts des investisseurs et la coopération internationale, et s'attachera à former des talents.

 

Source: http://french.cri.cn/621/2014/02/13/562s368526.htm


Pavillon France à l'occasion de CAHE 2014, salon de l'élevage "China Animal Husbandy Exhibition" - Documents de participation

Salon ou rencontre B to B

Pour la 4éme année consécutive, UBIFRANCE organise un pavillon France sur le salon China Animal Husbandry Exhibition (CAHE), considéré comme le principal salon professionnel du secteur élevage en Chine.

L'édition 2014 du salon aura lieu à Qingdao, dans la province du Shandong du 18 au 20 mai 2014. 

Une Mission Filière Porcine au Sichuan en partenariat avec le Bureau de l’élevage de la province du Sichuan sera également organisée  les 21 et 22 mai 2014 (séminaire technique de présentation du savoir-faire français et Rendez-vous professionnels) 

Le salon China Animal Husbandry Exhibition (CAHE) est organisé chaque année depuis 1992 par l'Association Chinoise de l'Agriculture Animale (CAAA) dans différentes villes de Chine. 

• 18 au 20 mai 2014

• Organisateur(s) : Bureau UBIFRANCE de Pekin

• Contact : Laure ELSAESSER

• Téléphone : +86 10 8531 2359

• Adresse : 60 Tianzelu, Liangmaqiao 3rd Embassy District, Chaoyang Qu RPC 100600

 
Source: http://www.ubifrance.fr/contacts/001PRG-20942+pavillon-france-a-l-occasion-de-cahe-2014-salon-de-l-evelage-china-animal-husb.html?SourceSiteMap=152
Télécharger
Plaquette_CAHE_2014.pdf
Document Adobe Acrobat 843.3 KB
Télécharger
Bon de participation CAHE Mission filièr
Document Adobe Acrobat 271.9 KB


QINGDAO_Des écoles fermées pour cause de pollution

« Le ciel est jaune pâle et l'air est rempli d'une odeur étouffante », décrit un résident sur le réseau social Weibo. Les autorités municipales des villes chinoises de Nanjing et de Qingdao ont décidé jeudi de fermer des écoles et de suspendre leurs activités en plein air en raison de la pollution atmosphérique.

 

A Nanjing, capitale de la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine, le gouvernement a pour la première fois lancé une « alerte rouge » en raison de la mauvaise qualité de l'air. Le niveau de micro-particules dont le diamètre est de 2,5 micromètres (PM2.5 ou « particules fines ») s'est établi à 354 microgrammes par mètre cube (μg/m3) mercredi, selon le portail d'informations news.longhoo.net. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'un niveau supérieur à 300 constitue un danger et recommande que le niveau quotidien ne dépasse pas 20 μg/m3.

 

A Qingdao, ville côtière de la province du Shandong, le niveau des PM2.5 dépassait également 300 μg/m3, selon un journal local. Les autorités municipales de Qingdao ont  également interdit de brûler des feuilles et des ordures et limité l'usage des véhicules gouvernementaux. Le phénomène devrait se prolonger et les mesures restrictives ne devraient pas être levées dans l'immédiat, précise Chine nouvelle.

 

Les particules fines pénètrent en profondeur dans les poumons. Elles peuvent être à l'origine d'inflammations, et de l'aggravation de l'état de santé des personnes atteintes de maladies cardiaques et pulmonaires. De plus, elles peuvent transporter des composés cancérigènes absorbés sur leur surface jusque dans les poumons.

 

Source : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/12/05/des-ecoles-fermees-pour-cause-de-pollution-en-chine_3525561_3216.html


La corrosion de l'oléoduc et des fautes professionnelles à l'origine des explosions à Qingdao (Huangdao)

Le Bureau national de contrôle de la sécurité du travail a annoncé jeudi que la corrosion de l'oléoduc, qui a entraîné une fuite de pétrole dans le réseau d'assainissement municipal, et la mauvaise qualité du travail étaient à l'origine des explosions meurtrières ayant frappé la ville de Qingdao, dans la province du Shandong (est). Les explosions survenues le 22 novembre 2013, ont fait 62 morts et 136 blessés, et causé des pertes économiques de 750 millions de yuans (122,7 millions de dollars). La principale cause de l'incident est la corrosion qui a provoqué la rupture de l'oléoduc. En outre, un marteau hydraulique a été utilisé pour perforer une plaque d'égout le jour même de l'accident, produisant des étincelles qui ont déclenché les explosions, a précisé Huang Yi, porte-parole du Bureau. Il a indiqué que les explosions étaient considérées comme un "incident de responsabilité". Le rapport d'enquête a été remis au gouvernement pour révision. L'incident a également révélé le manque de responsabilité dans l'inspection des principaux risques et la faible réponse d'urgence de l'opérateur de l'oléoduc Sinopec et des départements du gouvernement local, a expliqué M. Huang. Il a ajouté que la conception désordonnée de la municipalité du tracé de l'oléoduc avait aussi engendré des risques de sécurité en ce que celui-ci communique avec le réseau d'assainissement municipal et se situe bien trop près des immeubles d'habitation. Selon les chiffres du gouvernement, le réseau d'oléoducs et de gazoducs du pays a atteint 102.000 km, dont certains sont en service depuis déjà 40 ans. Les vieux oléoducs rouillés, dont certains communiquent avec les réseaux municipaux, posent des risques majeurs de sécurité.

 

Source : http://french.cri.cn/621/2014/01/09/302s362558.htm


Revue de Presse (Archives): page1, ... , page la plus récente